• Denis Tendron

Nos systèmes émotionnels

Mis à jour : juin 8

Extrait d’une présentation de Jack Killen* traduite par Denis Tendron


Au sujet des émotions Jack Killen considère que le modèle que le neurobiologiste Hawks Punk a développé est une des approches les plus approfondies en la matière.

Hawks Punk parle de « systèmes émotionnels ». Il les décrit comme des systèmes primaires fondamentaux. Ils se sont construits avec l’évolution et ont aidé nos ancêtres à survivre. Nous avons tous la capacité de bien les utiliser, mais pour cela nous devons en apprendre l’utilisation.

Hawks Punk indique que chez les mammifères il y a sept systèmes primaires :

· 4 sont positifs car ils provoquent un ressenti agréable. Ce sont les systèmes de la luxure, de la quête, du soin et du jeu.

· 3 sont négatifs, car ils ont un effet désagréable. Ce sont les systèmes de la peur, de la tristesse et de la colère. On cherche des solutions pour ne pas les ressentir, c’est pour cela qu’on les appelle les émotions aversives.

Les systèmes positifs constituent des opportunités et les systèmes négatifs des menaces.

Les systèmes positifs : les opportunités


· Le système de la luxure concerne nos besoins sexuels et nos désirs. Il permet la reproduction.

· Le système de la quête, est motivé par différents besoins psychologiques, mais aussi par l’anticipation des récompenses et la satisfaction. 

· Le système du jeu est particulièrement actif chez les jeunes. Il permet de développer des compétences de manière ludique. Mais également d’apprendre sur les relations : apprendre à gagner mais également à perdre gracieusement. Il conditionne aussi l’humeur. C’est un système fascinant à observer 

· Le système du soin, c’est le système de la mère et de l’enfant mais aussi celui qui à la base de la compassion et de l’empathie. 


Les systèmes négatifs : les menaces


. Le système de la peur a pour objet de veiller sur les problèmes qui peuvent survenir, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de notre corps mais aussi sur les menaces et les imprévus. Il est toujours en action. 

. Le système de la colère est un système qui ressent les « violations » qui pourraient intervenir. La violation de nos frontières de la part des autres ou de sources externes ; des choses qui porteraient atteinte à notre liberté et notre autonomie. Il est là pour nous protéger. Et par extension, sans doute pour protéger les autres (ndlr).

. Le système de la tristesse, et de la détresse, est un système qui dirige notre relation aux autres. Il nous avertit quand il y a une rupture et nous invite à trouver une autre personne avec qui établir ce lien. C’est bien sûr très important quand nous sommes enfants et c’est ce qui crée notre dépendance. Mais en grandissant nous gardons ce besoin car nous sommes des êtres sociaux.

Nous naissons avec ces capacités émotionnelles. Elles sont ancestrales et en permanence en fonction à l’intérieur de nous. Elles sont là avant-même que nous prononcions nos premiers mots. Nous passons nos premières années immergées dans ce monde de l’affect et de l’émotion, sans réelle capacité à utiliser des mots. C’est un langage qui est complètement différent et indépendant.

Jack Killen voit ces émotions comme une sorte de bande sonore de nos vies. Elles sont faites pour attirer notre attention. Nous naissons avec les capacités à utiliser ces systèmes émotionnels mais un apprentissage est requis pour bien le faire. On peut comparer cela avec la conduite d’une voiture. Nous naissons tous avec la capacité à conduire une voiture mais nous devons apprendre à conduire.

Nous avons à apprendre comment utiliser la peur, la tristesse, la colère, et nous devons en apprendre les nuances. Apprendre à réguler ces émotions dans le contexte des relations d’attachement avec ceux qui nous ont élevés quand nous étions vulnérables.

Pendant une longue période nous sommes comparables aux autres mammifères en particulier pendant les quatre premières années. Mais ensuite les cercles de nos relations s’agrandissent. Tout commence par la reconnaissance faciale et la relation. C’est dans cette relation qu’on commence à comprendre les émotions. C’est un process très compliqué quand on est un enfant et qu’on se sent déconnecté de sa mère.

Nous devons apprendre à réguler nos émotions entre chaos et rigidité. Nous devons apprendre parfois à les moduler, parfois à les exprimer. Leur permette de s’en aller et de revenir 

*Jack Killen a été chercheur en bio médecine à l'Institut National de Santé aux USA. Il a suivi l’enseignement de l’école ESNT et a été certifié il y a 20 ans. Il été président de l’EANT.




30 vues

16 rue de la Brise

44700 Orvault, France

Tel : 02 40 43 19 39